Une minorité d'élèves atteignent les objectifs des programmes

Date : Lundi 27 septembre 2004 @ 15:18:45 :: Sujet : élections

A peine un tiers des écoliers et un quart des collégiens maîtrisent complètement les enseignements de base, selon une étude inédite du ministère de l'éducation. En ZEP, 11 % des élèves de primaire n'ont acquis "aucune des compétences attendues". Quelle proportion d'élèves atteint effectivement le niveau prévu par les programmes à la fin de l'école primaire et du collège ? Sur ce sujet extrêmement polémique, l'éducation nationale ne disposait, jusque-là, que d'enquêtes partielles permettant de jauger les compétences réellement acquises par les élèves, au regard de ce qu'ils devraient savoir...



Une étude réalisée par le ministère de l'éducation nationale, que Le Monde s'est procurée, montre que seule une minorité des élèves ont une maîtrise complète des compétences de base prévues par les programmes à la fin du primaire et du collège. L'enquête, qui sera publiée en octobre dans la revue L'Etat de l'école, indique que 15 % des élèves sont en difficulté, ou en grande difficulté. Elle devrait contribuer à nourrir le débat initié par la commission Thélot sur la nécessité d'un "socle commun" de compétences qui soient effectivement maîtrisées par tous les élèves. A l'école primaire. Selon l'étude, réalisée par la direction de l'évaluation et de la prospective (DEP), à peine un tiers des élèves ont une maîtrise complète des compétences prévues par les programmes en matière de compréhension écrite et orale - le cœur de l'enseignement au primaire. "Environ un tiers des élèves ont des performances qui permettent de considérer qu'ils maîtrisent de façon satisfaisante toutes les compétences attendues par les programmes de l'école primaire", précise l'étude réalisée à partir d'un échantillon de 8 243 élèves de CM2 (répartis sur 339 écoles publiques et privées). "Ils sont capables d'exploiter les informations d'un texte pour en dégager le sens et l'interpréter avec finesse, d'en faire un résumé ou une synthèse." La moitié des élèves (54 %) n'ont pas acquis une maîtrise complète des objectifs du programme, sans pour autant se trouver en rupture. "Ils ont du mal à percevoir et à exploiter tous les aspects d'un document et sont donc mis en difficulté par des textes qui exigent une lecture suivie", note le ministère qui parle de compétences "fragiles". Ils devraient "pouvoir profiter de l'enseignement du collège"- à condition, toutefois, précise l'étude, que les enseignants tiennent compte de leurs difficultés. Environ 15 % des élèves sont en difficulté ou en grande difficulté -"proportion qui dépasse un tiers en zone d'éducation prioritaire". Ces écoliers ne maîtrisent pas - ou mal - les compétences nécessaires à l'entrée en sixième. Parmi eux, 3 % (11 % en ZEP) sont en grande difficulté. "Ils peuvent répondre ponctuellement à quelques questions mais ne maîtrisent aucune des compétences attendues en fin d'école primaire", relève la DEP. Au collège. A la fin de la troisième, seuls un quart des collégiens maîtrisent complètement les compétences générales - c'est-à-dire les savoir-faire indispensables à l'apprentissage de toutes les disciplines (interprétation d'un texte, traitement pertinent des informations, etc.). "Environ un quart des élèves semblent avoir un bon ou un excellent niveau de maîtrise de ces compétences, qui doit les mettre en situation de profiter pleinement d'études ultérieures", indique l'étude réalisée à partir d'un échantillon de 23 500 élèves de troisième (dans 552 collèges publics et privés). Pour eux, aucune inquiétude à court, voire à moyen terme : "Ils sont capables de mettre en œuvre des stratégies efficaces pour exploiter un document", résume la DEP. La majorité des élèves de troisième se situent dans une position intermédiaire. Représentant 60 % du total, ils ont, selon la DEP, une maîtrise des compétences qui devrait leur permettre de poursuivre "à des degrés divers" une formation. La situation est plus délicate pour les élèves en difficulté qui représentent 15 % du total. Ils ne manifestent "pratiquement aucune maîtrise" ou "une maîtrise réduite" des compétences générales attendues. Ils se trouvent également en difficulté devant un texte complexe ou présentant un vocabulaire "peu courant".

 

Luc Bronner

LE MONDE | 23.09.04 |




Cet article provient de APAHR
http://www.apahr.com

L'URL pour cet article est :
http://www.apahr.com/article.php?sid=14